TURPE 4 : Etes-vous correctement optimisés ?

Le TURPE 4, c'est le nouveau Tarif d'Utilisation du Réseau Public d'Electricité, publié le 20 décembre 2013, et appliqué au 1er janvier 2014 et pour quatre ans environ.

De façon générale, les médias se sont focalisés sur la hausse des tarifs et sur la complexité de la situation (Voir notre article " Les turpitudes du TURPE"). Nous nous intéresserons plutôt à la petite révolution silencieuse qui a touché une grande partie des clients d'ERdF raccordés au domaine de tension HTA, mais dont personne n'a parlé : le regain d'intérêt pour la différenciation temporelle !

Les différentes options tarifaires au domaine de tension HTA.

Dans le cadre d'un raccordement au domaine de tension HTA, le distributeur (généralement ERDF dans le cadre d'un contrat CARD ou votre fournisseur dans le cas d'un contrat unique) devrait vous accompagner pour déterminer quelle option tarifaire est la plus avantageuse.
Mais d'abord, de quels paramètres ce choix d'option tarifaire va-t-il dépendre ?

1. Du TURPE en vigueur : Les tarifs définissent plusieurs coefficients qui rentrent en compte dans le calcul du prix des trois options tarifaires.

2. De la répartition de votre consommation : Comme vous avez pu le découvrir aux tarifs régulés avec les heures pleines, les heures creuses et les saisons, les options tarifaires permettent de découper votre consommation de trois façons différentes :

  • HTA - Option tarifaire sans différenciation temporelle :
    Un poste horaire unique tout au long de l'année.
  • HTA 5 - Option tarifaire avec différenciation temporelle à 5 classes :
    Une répartition en cinq postes horaires, du plus au moins cher : Pointe, Heure Pleine d'Hiver, Heure Creuse d'Hiver, Heure Pleine d'Eté, Heure Creuse d'été.
  • HTA 8 - Option tarifaire avec différenciation temporelle à 8 classes :
    Une répartition en huit postes horaires, du plus au moins cher : Pointe, Heure Pleine d'Eté, Heure Pleine Demi-Saison, Heure Creuse d'Hiver, Heure Creuse Demi-Saison, Heure Pleine d'Eté, Heure Creuse d'Hiver et pour finir Juillet-Août.

3. Du niveau de vos appels de puissances au cours de l'année : Car vous pouvez grâce à la différenciation temporelle définir une puissance souscrite (Puissance au-delà de laquelle ERDF vous facturera des dépassements) différente selon les postes horaires. (A condition de respecter les quelques règles établies que nous vous laissons découvrir au chapitre 4 du Contrat d’accès au Réseau Public de Distribution pour une installation de consommation raccordée en HTA disponible sur le site ERDF.)

L'intérêt de souscrire une puissance différente étant de ne pas payer la part abonnement sur une souscription trop haute pendant un poste horaire où la puissance ne serait pas utilisée de façon optimale.

Mais pourquoi parler de révolution silencieuse ?

Parce que la particularité de ce TURPE 4 tient à sa façon de redéfinir « qui a intérêt à quelle option tarifaire. »

Depuis l'ouverture du marché, nous n'avons que très rarement eu l'occasion de travailler avec des industriels ayant intérêt à la différenciation temporelle pour la simple et bonne raison que si les tarifs réglementés A5 et A8 étaient intéressants, cela n'était pas du tout le cas des HTA 5 et HTA 8.

Depuis le 20 décembre 2013, ce n'est plus le cas : 22 % de nos clients y ont désormais intérêts dans différentes mesures bien évidemment.

Ce regain d'intérêt se traduit d'après nous par le besoin des distributeurs de disposer d'un signal prix plus efficace sur la demande électrique pendant les heures de pointes : c'est une forme d'effacement particulièrement efficace :
On incite le consommateur à ne pas consommer pendant certaines heures (pointes, hiver, jour) en majorant le prix tout en en lui proposant d’excellents prix pendant les heures où le réseau est moins sollicité (nuit, été). Ainsi le consommateur devient acteur de son prix.

Etude de cas

Client industriel d’une consommation de 2 GWh/an, travaillant du lundi au vendredi avec des appels de puissances très importants en semaine et un bruit de fond équivalent à ¼ de sa puissance souscrite. Ce client était souscrit en HTA sans différenciation temporelle. Il s’arrête chaque année en juin-juillet. Pas de saisonnalité dans ses consommations.

Nous avons calculé pour cet industriel, le coût du transport et de la distribution de l'électricité de 2011 à nos jours. Et pour chacun des trois tarifs (HTA, HTA 5 et HTA 8) en prenant bien soin de choisir à chaque fois la souscription optimum pour chaque tarif. (Souscription optimum : souscription pour laquelle le coût annuel global sera le plus faible.)

Dans ce premier graphique, nous avons choisi de retirer la CSPE qui a subi une augmentation régulière d'environ 3€/MWh/an et qui touche chacun des trois tarifs de façon équivalente puisqu’indexée sur la consommation totale afin de mettre en évidence l'évolution des composantes du tarif.

Client1_Coût_T&D_hors_CSPE_TVA.png

Notez que l’évolution du coût des différentes options tarifaires jusqu’au TURPE 3 Ter se fait de façon équilibrée entre chacun des tarifs. Ce n’est qu’à partir du TURPE 4 que la structure des tarifs est profondément modifiée puisqu’à profil identique, l’écart de prix devient beaucoup plus important.

Dans cet exemple, en 2014, demander son passage du HTA au HTA 5 permettra à notre client d’économiser 13 640€ en 2014 soit tout de même 20% de son budget transport et distribution de l’électricité en 2013. Et ce, sans avoir profité de la différenciation temporelle à 5 postes horaires (nous avons choisi une souscription identique sur les cinq postes horaires), car son profil ne justifiait pas de créer d’écart.

Voici le même graphique avec cette fois la CSPE réintégrée :

Client1_Coût_T&D_hors_TVA.png

On remarque alors que dans la tendance générale haussière du coût de transport/distribution de l’électricité rapportée par les médias, le TURPE 4 apporte un changement beaucoup plus fin, puisque par exemple, pour ce client son prix baissera de 2% par rapport au TURPE précédant, et ce malgré la hausse de 3€/MWh de la CSPE intervenue au 1er janvier 2014.

Comment expliquer cette baisse ?

Afin de mieux comprendre l’évolution des tarifs, nous avons étudié l’évolution unitaire de chacune des composantes des options tarifaires depuis 2011

HTA - Option tarifaire sans différenciation temporelle

Client1-Evo_HTA.png

Sans surprise, la CSPE (Contribution au Service Public de l’Electricité ; 16.50€/MWh en 2014 et très vraisemblablement 19.50€/MWh en 2015) est responsable de la majeure partie de la hausse depuis 2011 de votre facture ERdF et sera responsable de la majeure partie de la hausse jusqu’à l’achèvement de la transition énergétique si seulement elle débute  un jour en France...
Vient ensuite la C.T.A, la Contribution Tarifaire d’Acheminement. Il s’agit d’une taxe touchant tous les consommateurs d’électricité et de gaz naturel (seule taxe d’ailleurs n’ayant aucune exonération possible) et qui finance la retraite des gaziers électriciens.
Puis la composante de soutirage (part variable) indexée dans le cas du HTA sur une formule mêlant taux d’utilisation, souscription et consommation.
La composante de comptage est quant à elle légèrement en hausse. Enfin, les composantes de dépassements et de gestion restent stables.

HTA 5 - Option tarifaire avec différenciation temporelle sur cinq postes horaires

Client1-Evo_HTA5.png

HTA 8 - Option tarifaire avec différenciation temporelle sur huit postes horaires

Client1-Evo_HTA8.png

Pour les tarifs HTA 5 et 8, la tendance est sensiblement différente. 
La C.T.A dont le taux avait augmenté courant 2013 (de 21% à 27.04%), a vu l’assiette sur laquelle elle était calculée réduite de 25%. Cette assiette étant constituée de la composante de gestion (+3.59%), de comptage (+3.60%) ainsi que de la part fixe de la composante de soutirage (-27.44%). Globalement la C.T.A a donc baissé de 22% pour les tarifs avec différenciation temporelle.
Le coût des dépassements à lui aussi considérablement été réduit avec une baisse d’environ 30 %  de leur prix.
La part variable de la composante de soutirage baisse elle aussi d’environ 10%.

Poids des différentes composantes

Afin de conserver un œil critique sur ces évolutions, il est important de garder une idée du poids (en €) de chacune des composantes dans le prix global payé, voici deux graphiques présentant cette répartition pour le client de notre étude de cas.

HTA_repartition.png

HTA5_repartition.png

HTA8_repartition.png

Nos conclusions

D'après nous, le TURPE 4 est bien venu dans un contexte de pré-transition énergétique puisqu'il permet de rendre la responsabilité du prix au seul et unique responsable des heures de soutirage : le consommateur final qui a maintenant la possibilité, certes en faisant un effort, d'améliorer son prix tout en rendant service au distributeur qui n'aura pas à sur-dimensionner son réseau !
Nous levons donc notre chapeau à la résolution de l'ineptie qu'était la situation précédant le TURPE 4.

En revanche l'instabilité réglementaire autour du TURPE est un réel problème car il paraît difficile de choisir le bon tarif quand les règles changent par la suite et de façon rétroactive.

De la même façon le troisième paragraphe de la lettre des ministres Pierre Moscovici et Philippe Martin du 12 novembre 2013 nous amène à réfléchir sur la propension du gouvernement à remettre en cause un mécanisme défini par une directive européenne de 1999 et appliqué depuis février 2000. 
(Ouverture du marché de l'électricité, création d'une autorité administrative indépendante, etc) .
Télécharger la lettre des ministres Pierre Moscovici et Philippe Martin du 12 novembre 2013 application/pdf 57.46 Ko


Pour terminer sur une touche plus légère, nous souhaiterions attirer votre attention sur le fait que dans la totalité des comparaisons effectuées par ERDF des différents tarifs pour nos clients, la CTA n'a jamais été intégrée d'office aux comparaisons bien que sa valeur varie du simple au double suivant le tarif. De ce fait, certains clients ayant effectivement intérêt à la différenciation temporelle se la voyait déconseillée sous prétexte que le tarif ne leur était pas adapté, ce qui s'avérait faux après incorporation de la CTA. 

ERDF serait-il prêt à tout pour financer sa caisse de retraite ? Cette omission de la CTA nous rappelle étrangement l'omission des taxes locales par EDF qui prévalait dans le calcul des souscriptions jusqu'à 215kW au tarif vert.